IPV6

A certains égards, on pourrait qualifier le protocole IPv6 de "faux-ami" !

Ne vous y trompez pas : IPv6 n'est pas une nouvelle version du protocole IP (IPv4, en vigueur depuis 1981 - plus de 30 ans déjà !) au sens commun du terme, à savoir une évolution douce.

C'est au contraire un nouveau protocole ; une évolution majeure, qui bien que s'appuyant sur certains des principes qui ont fait le succès d'IP, n'en est pas moins fondamentalement différente.

  • une nouvelle numérotation (et une nouvelle façon de la représenter)
  • des mécanismes intégrés de sécurité et de qualité de service
  • une approche différente de la notion de réseau, de groupe de réseaux, de voisinage, de découverte.

A tel point qu'il est aujourd'hui plus facile d'envisager le déploiement de ce nouveau protocole indépendamment d'IPv4 :

  • activation spécifique distincte (on parle de double implémentation, ou dual-stack)
  • redéfinition d'un plan d'adressage et nouvelle façon de penser les relations internes/externes (notamment avec les opérateurs et internet), en raison de l'extrême extensibilité de l'espace disponible (la totalité des adresses IPv4 pourrait tenir dans une infime partie du plan IPv6)
  • refonte de tous les services liés au réseau :
    • affectation des adresses : la gestion "manuelle" ("en dur") des adresses devient un véritable casse-tête
    • résolution de noms.

Bien entendu, des solutions ont été développées pour faciliter les démarches de migration  :

  • tunnels IPv6 dans IPv4, pour relier entre eux des sites IPv6 au travers d'internet, par exemple
  • mécanismes d'intégration des adresses IPv4 dans une adresse IPv6

On recense actuellement plus de 200 publications à caractère normatif (RFC) couvrant IPv6, et pour toutes les fonctions fondamentales de réseau :

  • sécurité - résilience
  • gestion et supervision
  • multidiffusion (multicast)
  • mobilité
  • cryptographie
  • utilisation de médias spécifiques (FDDI, TokenRing, ATM, etc.)

Est-il nécessaire de mettre en oeuvre IPv6 maintenant ? Les sirènes annonçant la fin d'IPv4 ne retentissent pas de la même façon pour tous les acteurs du monde des technologies de l'information et de la communication : si elles sont particulièrement stridentes pour les grands acteurs (opérateurs et fournisseurs de services de télécommunications, très grands groupes internationaux), elles sont beaucoup plus assourdies aux oreilles des organisations de moindre taille.
Dans la majorité des cas un projet IPv6 doit avoir pour principal objectif de mettre l'organisation en capacité de le supporter lorsque les circonstances l'exigeront. Il s'agit d'une mesure conservatoire, garantissant un risque faible : il faut s'y mettre sans tarder pour éviter de devoir le déployer en urgence, et donc dans des conditions techniques et financières difficiles (voire intenables).

Mettre en oeuvre IPv6 consiste donc principalement à préparer et organiser une phase de transition, afin de garantir en toute circonstance la disponibilité du système d'information.

Les spécialistes INGENIS Consulting peuvent vous accompagner dans cette démarche :

  • analyse approfondie des services en fonction dans le système d'information,
  • détermination des objectifs (cible fonctionnelle)
  • maquettage
  • structuration du plan opérationnel de mise en oeuvre et évaluation des impacts (accompagnement au changement)
  • accompagnement lors de la mise en oeuvre
  • formations